Parc de la Torma

Torma-2

Le cimetière de la Torma, lieu de recueillement pourvu d’un charme suranné, constitue un espace de mémoire. De cet endroit hors du temps, le regard plonge sur toute la ville. Peu de gens s’y promènent alors que c’est peut-être, avec le parc de Malévoz tout proche, un des lieux les plus extraordinaires et reposants de Monthey.

La désaffection du cimetière a offert l’opportunité de réfléchir à cet espace et à son nouvel aménagement ; celui-ci a été élaboré par les architectes montheysans Bonnard et Woeffray, en collaboration avec Emmanuelle Bonnemaison architecte-paysagiste. De concert avec le dicastère Travaux publics et Environnement, le service culturel a proposé une idée originale dont la paternité est due au sculpteur Edouard Faro : faire du cimetière de la Torma un jardin de sculptures.

Quelques tombes ont été conservées selon des critères esthétiques et historiques. En effet, le cimetière de la Torma est le lieu d’une mémoire sacralisée sur le plan civique. Il permet de rendre un hommage public aux soldats qui se sont sacrifiés pour la Patrie et aux personnalités de premier plan – hommes politiques, médecins, militaires, etc. – comme en témoignent les monuments commémoratifs qui y sont érigés.

L’aventure du cimetière de la Torma est avant tout une aventure humaine. Il s’agit d’ouvrir et partager le jardin, lieu en perpétuelle évolution, avec le plus grand nombre autour de plusieurs thèmes : la nature (parc et culture sous serres), l’art (sculptures, lectures, concerts, projections en plein air…) et l’histoire montheysanne (tombes historiques conservées).

La thématique «art et nature» est au centre de ce projet. Ce dernier permettra la découverte d’artistes contemporains à travers des formes plastiques actuelles et de se familiariser avec un domaine artistique souvent peu connu : la sculpture. Empli de charme, le parc sera ainsi voué à la relation entre nature et culture, création artistique et invention paysagère, patrimoine et contemporain. Des expositions de sculptures et des manifestations culturelles composeront une programmation vivante et diversifiée.

Le premier sculpteur invité est Christophe Rihs. Deux de ses sculptures déjà visibles depuis l’été 2013 entrent en résonance avec les serres et l’ancien cimetière.

L’installation Roadkill – constituée de 353 bougies religieuses rouges fixées sur une structure métallique fabriquée par l’artiste – a été conçue sur le modèle du drapeau Suisse. La réalisation de cette œuvre découle d’une réflexion sur les paradoxes de notre civilisation au sein de laquelle cohabitent les beaux et paisibles paysages vierges et la surenchère de signes attestant de notre sur-consommation. Le titre Roadkill correspond au terme anglais pour désigner la mortalité animale sur les routes, suite aux collisions de la faune avec des véhicules. L’artiste l’a délibérément choisi car il exprime selon lui, le revers de la médaille de notre apparente civilisation bien policée. Cette oeuvre questionne ainsi différentes facettes de notre existence, à savoir notre rapport au patriotisme, au territoire, à l’environnement, au sacré et à la mémoire.

La deuxième sculpture intitulée Résonance est une reproduction de la coupole de l’ancienne Orangerie de Karlsruhe. En la retournant et en l’inclinant de côté, son aspect peut évoquer une fleur de tulipe. Elle entre ainsi dans une forme de dialogue avec les serres et l’environnement naturel du Parc de la Torma.

À terme, le parc de sculptures deviendra un lieu destiné à la déambulation, dans une atmosphère paisible. Ce magnifique projet fédérateur permettra de réunir les Montheysans de tous âges, les visiteurs en quête de nature et de ressourcement ainsi que les artistes. Le parc sera inauguré en septembre 2014.

Suivez le travail de l’artiste en résidence au Parc de la Torma en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *