CAROL BAILLY

Carol Bailly est née en 1955 à Brockton près de Boston, elle s’installe en Suisse en 1970.Elle se lance en 1985 dans une carrière artistique en autodidacte,elle développe alors un art narratif évoquant le monde féminin qui rappelle l’univers de Niki de Saint Phalle.


L’artiste est en résidence à Malévoz, elle anime un atelier tous les mercredis du 12 septembre au 18 octobre à la Galerie du Laurier de 14 à 17h30

 

 

 


Michel Thévoz, ancien conservateur du Musée de l’Art Brut de Lausanne l’a repérée toute de suite et la classe dans le courant de la Neue Invention.
Carol Bailly a trouvé un stratagème pour raconter ses histoires sans brider le foisonnement de l’esprit.
Elle combine les mots et les figures dans des labyrinthes colorés qui défient la feuille blanche.
Michel Thévoz remarque une articulation de leur grammaire respective.
Elle délègue la fonction narrative à l’image et la fonction graphique à la configuration des phrases, dit-il.
Il y a chez Carol Bailly quelque chose qui rappelle les poyas foldingues de François Burland son compatriote.
L’artiste vit et travaille dans le canton de Fribourg.
Elle expose régulièrement depuis trente ans en Suisse et dans le monde (Paris, Bordeaux, Saragosse, Strasbourg, Bruxelles, Kyoto).

La Compagnie Junior: Atelier repérage

Au fil d’ateliers repérages destinés aux 7 à 23 ans avec ou sans expérience de danse, CocoonDance s’emploie à créer une compagnie junior à Monthey. Favoriser la vocation de danseur, enrichir l’expérience esthétique du public de demain grâce à l’expérimentation physique, telle est l’ambition de la chorégraphe Rafaële Giovanola qui a par ailleurs remporté le prix du ministère de la culture NRW en Allemagne pour son travail avec la compagnie junior de Bonn «They might be giants». Les cours donnés à Monthey sont gratuits, grâce au soutien dont bénéficie CocoonDance du Service Culturel de l’Etat du Valais et du Théâtre du Crochetan. Fin 2018, les jeunes danseurs prépareront une création qui sera présentée dans plusieurs théâtres valaisans. Il est encore possible de rejoindre la Compagnie Junior.

Septembre

9 septembre // 11.00 à 13.00  // salle centrale  (clé poste police)

16 septembre // 11.00 à 13.00  // salle centrale  (clé poste police)

23 septembre  // répétitions  16:00- 18:00 // Salle du Figuier (paroisse) 

23 septembre  // 18:30  SHOWING  // Salle du Figuier (paroisse)

Octobre / novembre
14 octobre // 11.00-13.00 // Raccot (à confirmer)
Semaine du 30 octobre au 4 novembre (
(Rafaële) // Tous les jours, horaires à fixer // Théâtre du Crochetan

La Compagnie Junior: Atelier repérage

Au fil d’ateliers repérages destinés aux 7 à 23 ans avec ou sans expérience de danse, CocoonDance s’emploie à créer une compagnie junior à Monthey. Favoriser la vocation de danseur, enrichir l’expérience esthétique du public de demain grâce à l’expérimentation physique, telle est l’ambition de la chorégraphe Rafaële Giovanola qui a par ailleurs remporté le prix du ministère de la culture NRW en Allemagne pour son travail avec la compagnie junior de Bonn «They might be giants». Les cours donnés à Monthey sont gratuits, grâce au soutien dont bénéficie CocoonDance du Service Culturel de l’Etat du Valais et du Théâtre du Crochetan. Fin 2018, les jeunes danseurs prépareront une création qui sera présentée dans plusieurs théâtres valaisans. Il est encore possible de rejoindre la Compagnie Junior.

Septembre

9 septembre // 11.00 à 13.00  // salle centrale  (clé poste police)

16 septembre // 11.00 à 13.00  // salle centrale  (clé poste police)

23 septembre  // répétitions  16:00- 18:00 // Salle du Figuier (paroisse) 

23 septembre  // 18:30  SHOWING  // Salle du Figuier (paroisse)

Octobre / novembre
14 octobre // 11.00-13.00 // Raccot (à confirmer)
Semaine du 30 octobre au 4 novembre (
(Rafaële) // Tous les jours, horaires à fixer // Théâtre du Crochetan

La Compagnie Junior: Atelier repérage

Au fil d’ateliers repérages destinés aux 7 à 23 ans avec ou sans expérience de danse, CocoonDance s’emploie à créer une compagnie junior à Monthey. Favoriser la vocation de danseur, enrichir l’expérience esthétique du public de demain grâce à l’expérimentation physique, telle est l’ambition de la chorégraphe Rafaële Giovanola qui a par ailleurs remporté le prix du ministère de la culture NRW en Allemagne pour son travail avec la compagnie junior de Bonn «They might be giants». Les cours donnés à Monthey sont gratuits, grâce au soutien dont bénéficie CocoonDance du Service Culturel de l’Etat du Valais et du Théâtre du Crochetan. Fin 2018, les jeunes danseurs prépareront une création qui sera présentée dans plusieurs théâtres valaisans. Il est encore possible de rejoindre la Compagnie Junior.

Septembre

23 septembre  // répétitions  16:00- 18:00 // Salle du Figuier (paroisse) 

23 septembre  // 18:30  SHOWING  // Salle du Figuier (paroisse)

Octobre / novembre
14 octobre // 11.00-13.00 // Raccot (à confirmer)
Semaine du 30 octobre au 4 novembre (
(Rafaële) // Tous les jours, horaires à fixer // Théâtre du Crochetan

BARBARIANS

VE 25 AOÛT AU VE 22 DÉCEMBRE
Vernissage le sa 23 septembre à 18h30 (avant L’Être ou pas)

Barbarians
« Nous étions nus et les mains vides.
Il fallut fourbir quelques armes et outils,
et puis prendre la route.
A présent, notre équipement est regardé.
En chemin, on voit les hampes qui fleurissent,
toujours plus nombreuses.
Voilà bientôt des sceptres et bâtons
de procession.
C’est un voyage perpétuel et de temps à
autre, la barbarie nous tend ses petits miroirs.
Les langues se mélangent, s’ignorent ou
s’affrontent.
On se souvient des chiens nus, méchants
et magnifiques.
Oui, la barbarie est bien au chaud, au creux
de notre ventre. »
Cécile Hesse & Gaël Romier

Cécile Hesse (1977) et Gaël Romier (1974) vivent et travaillent ensemble depuis 1998. Ils se rencontrent à l’Ecole d’Arts Appliqués de Vevey, où ils obtiennent leur diplôme en 2000.
Après quelques années de vie urbaine, ils s’installent dans une habitation isolée en Auvergne. Cette étape importante créé les conditions d’un huis clos propice à l’élaboration de leur production commune.
Intimité et altérité sont des enjeux importants de leur production, dont l’inspiration puise dans un quotidien parfois doux, parfois féroce.
En résidence au Centre d’Art et de Recherche Gwinzegal, ils explorent une forme de barbarie silencieuse, une langue étrangère nous proposant des images muettes, criant pourtant comme des nouveau-nés.
www.kephyr.fr

Exposition en collaboration avec le Centre d’Art et de Recherche GwinZegal et dans le le cadre de la Triennale d’art contemporain en Valais (26.08 – 22.10.17)

L’être ou pas

Pierre Arditi & Daniel Russo.

«Les deux acteurs de cette comédie sont magnifiques de justesse, d’humanité, de simplicité. Pierre Arditi semble même incarner son propre personnage, dire sa vérité et ses doutes via Grumberg.» Télérama

Neuf saynètes truculentes entre deux voisins qui se croisent dans l’escalier. Chaque rencontre est l’occasion pour l’un de questionner l’autre sur ses origines juives, où comment en finir avec les idées reçues sur la question. Pierre Arditi et Daniel Russo excellent dans ce ping-pong verbal drôle et percutant.

Kala Jula

Samba Diabaté & Vincent Zanetti

«Une ronde instrumentale aérienne et incroyablement mélodieuse…» Anne Berthod, Télérama.

Mande kulu, la montagne du Mandé

Mande Kulu, la montagne du Mandé, est le titre du dernier CD de Kala Jula. Pour ce nouveau chapitre de leurs aventures musicales, Samba Diabaté et Vincent Zanetti se sont entourés de deux musiciens français, acteurs incontournables du jazz et des musiques du monde en Europe, le violoniste Jacky Molard et la contrebassiste Hélène Labarrière.

Hommage à Dimitri

« Les clowns ne meurent jamais, ils demeurent dans la mémoire des gens. » Dimitri

Il fut notre grand clown. Un clown suisse cela peut prêter à rire justement. Dimitri fut un grand clown mais pas que. Il fut une des personnalités helvétiques les plus attachantes, de celles dont les enfants et les adultes se souviennent à jamais. Son immense sourire et sa coupe au bol inimitable, son air de Pierrot lunaire jouant d’un minuscule accordéon sur le bord de la scène font partie de notre patrimoine commun.

Avec Masha Dimitri, sa fille, le Crochetan a imaginé de lui rendre hommage. Un hommage festif, où l’on mangera, boira et où l’on admirera les artistes de demain et ceux d’aujourd’hui qui continuent à tracer le sillon de l’artiste. Car Dimitri ne s’est pas contenté de faire une magnifique carrière solo, il a également créé en 1975 une école, dans son Tessin natal, L’Accademia Teatro Dimitri. Artiste, pédagogue et passeur d’une passion sans faille pour son art, nous le célébrerons une année tout juste après sa disparition.

La soirée s’articulera en trois parties. Tout d’abord, nous verrons se produire les élèves de l’école, avec des numéros qui démontreront l’étendue de leur talent : ce seront les Dimitrikids. Puis nous assisterons au spectacle Dimitrigénérations, qui réunit sur scène les filles de Dimitri, son petit-fils et la clownesse Silvana Gargiulo.

Enfin, comme Dimitri adorait manger, avec une passion particulière pour les desserts paraît-il, nous finirons cette belle soirée comme il se doit dans le Foyer du Crochetan.

Dimitrikids

Avec les élèves de L’Accademia Teatro Dimitri

Dimitrigénérations Idée et concept Famiglia Dimitri

Réalisation Famiglia Dimitri

Musique Nina Dimitri, Oliviero Giovannoni

Lumière Christoph Siegenthaler

Accessoiriste Urs Mösch

Avec Masha Dimitri, Nina Dimitri, Samuel Müller Dimitri, Silvana Gargiulo